Jeune entrepreneur fortuné et billets de banque virevoltant autour.
Photo : alphaspirit / 123RF

La Financière Manuvie compte plus que doubler les actifs de son service de gestion de patrimoine et embaucher cinq nouveaux gestionnaires de portefeuille, rapporte le Financial Post. Sa cible : les Canadiens fortunés. 

Selon Glen Brown, qui est à la tête de Gestion privée Manuvie, l’offre intégrée de services financiers aux riches sous forme de guichet unique au Canada serait dix ans derrière ce qui existe aux États-Unis. L’industrie serait donc mûre pour une forte croissance et une consolidation. 

« Il y a cinq ans, le Canadien moyen faisait des affaires avec 4,7 conseillers différents, rappelle-t-il. Maintenant, c’est moins de trois. Alors nous amenons de l’argent d’autres firmes provenant de clients qui avaient peut-être trois ou quatre gestionnaires différents et qui ont consolidé leurs affaires chez nous. »

PRÈS DE 500 MILLIARDS EN ACTIF SOUS GESTION

Gestion d’actifs Manuvie a environ 364 milliards de dollars américains (480 G $CA) en actif sous gestion. Selon Brown, l’équipe de 45 personnes qui composent Gestion privée Manuvie s’occuperait des affaires d’environ 400 foyers, dont le portefeuille d’actif moyen représente trois millions de dollars. 

Démarrée à Toronto en 2012, Gestion privée Manuvie compte maintenant des bureaux à Montréal, Vancouver et Calgary. Les clients doivent avoir au moins un million de dollars en actif liquide et sont généralement recommandés par un conseiller indépendant. La firme facture 1,45 % de frais sur le premier deux millions de dollars. Ces frais augmentent ensuite graduellement.

PROFITER DE LA MANNE

Selon Capgemini SE, le Canada arrive au huitième rang des pays pour le nombre d’individus qui ont au moins un million de dollars américains (1,32 M $CA) à investir. Une croissance économique robuste, le marché immobilier et les industries technologiques et du cannabis créent de nouveaux riches. Les propriétaires d’entreprises vieillissent et les baby-boomers veulent capitaliser sur leur actif.

Les services financiers veulent profiter de cette manne. En juillet dernier, la TD achetait Greystone Capital Management, alors que la Banque Scotia mettait la main l’année dernière sur MD Financial Management et sur Jarislowsky Fraser.

OFFRIR PLUS DE RENDEMENT

Chez Manuvie, on souhaite offrir une plus-value à ces clients aisés en utilisant des gestionnaires de portefeuille actifs « afin que ce 4,7 % de rendement attendu se transforme en un rendement réel de 6,3 % » illustre M. Brown.

Un portefeuille typique est composé de 60 % d’actions et 40 % de titres à revenu fixe, avec environ 70 % d’actions détenues à l’extérieur du Canada. Aux États-Unis, leur gestionnaire détient environ 37 actions et se concentre sur des titres plus prudents que l’indice. 

Cela dit, impossible d’échapper tout à fait aux soubresauts du marché actuel. « Nous continuerons de voir de la volatilité, soutient M. Brown. Cela devient un peu plus la norme que ce que nous aimerions. »