Les dividendes versés aux actionnaires partout dans le monde ont fortement augmenté au premier trimestre, selon un rapport publié mardi par Janus Henderson Investors.

Passant en revue les résultats des 1 200 plus importantes compagnies de la planète en termes de capitalisation boursière, cette étude révèle que les dividendes mondiaux versés entre le 1er janvier et le 31 mars ont atteint 244,7 milliards de dollars, ce qui constitue un record trimestriel pour le Canada et les États-Unis et une progression de 10,2% par rapport à la même période en 2017.

La société de gestion attribue ces bonnes performances à la hausse des bénéfices des entreprises. « L’année a bien démarré pour les dividendes. La croissance économique est solide, la rentabilité des sociétés augmente, générant des liquidités qu’elles peuvent reverser à leurs actionnaires », commente dans un communiqué (en anglais) Ben Lofthouse, gérant actions internationales à haut rendement chez Janus Henderson.

VENT D’OPTIMISME EN AMÉRIQUE DU NORD

La progression des dividendes a également été soutenue par la faiblesse du dollar américain, « ce qui signifie que les paiements libellés dans d’autres devises ont été convertis à des taux de change plus favorables », indique la firme. Toujours au premier trimestre, les dividendes sous-jacents ont quant à eux progressé de 5,9 %, suivant ainsi « parfaitement » ses attentes et confirmant la tendance amorcée l’an dernier.

Dans l’ensemble, près de huit entreprises américaines sur 10 ont versé plus de dividendes d’une année sur l’autre, la technologie, les services financiers et les soins de santé étant les secteurs les plus performants. De son côté, le Canada a enregistré le taux de croissance le plus rapide parmi les pays industrialisé. Au total, c’est en Amérique du Nord qu’ont été versés le plus de dividendes (+6,1 %).

Ce phénomène pourrait être « un signe avant-coureur que les sociétés se sentent plus optimistes qu’auparavant », estime Ben Lofthouse, qui souligne que les récentes réformes sur l’imposition des entreprises aux États-Unis devraient accentuer la tendance.

DIVIDENDES DE 1 358 G$ POUR L’ANNÉE

En Europe, la progression a été de 13,7 % (Royaume-Uni non inclus), mais Janus Henderson relève que la zone euro a « versé relativement peu de dividendes durant le premier trimestre ». Selon Ben Lofthouse, les choses devraient cependant changer au deuxième trimestre, puisque cette période est traditionnellement plus riche dans ce domaine sur le Vieux Continent.

Seule la région Asie Pacifique hors Japon a été à la traîne durant le trimestre écoulé, avec des paiements qui ont diminué de 2,4 %. Janus Henderson juge toutefois que ce repli, dû notamment « au recul des dividendes extraordinaires à Hong Kong et aux réductions effectuées en Australie », devrait n’être que « temporaire ».

La firme a par ailleurs relevé sa prévision de croissance des dividendes dans le monde pour l’année en cours. Elle anticipe ainsi une progression de 8,5 %, ce qui leur ferait atteindre un montant record de 1 358 milliards de dollars, soit 10 milliards de plus que ce que ses analystes avaient prévu au mois de janvier.