L’environnement des affaires s’est détérioré au cours des 18 derniers mois aux États-Unis malgré une croissance économique continue. Cette crise est en partie imputable au manque de leadership des dirigeants des grandes entreprises américaines pour défendre les grands enjeux sociétaux.

Les entreprises portent une lourde responsabilité dans cette dégradation du rêve américain, faute de manifester la volonté de se mobiliser afin de trouver des solutions aux enjeux cruciaux pour l’avenir du pays, tels les changements climatiques, le racisme systémique et la démocratie, analyse le professeur Michael E Porter dans un article du Harvard Business Review.

« Ne pas parvenir à un accord aujourd’hui sur une législation indispensable alors que les États-Unis sont à la traîne pourrait entraîner notre pays sur la voie dangereuse de la polarisation, de la crise environnementale et même d’une crise de légitimité constitutionnelle », estime-t-il.

Cette faillite du leadership du monde des affaires est d’autant plus inquiétante que le Congrès américain s’apprête à adopter plusieurs projets de loi importants. Les dirigeants des grandes entreprises américaines formant la puissante Business Roundtable auraient là une occasion unique de passer de la parole aux actes et de faire pencher la balance.

SOUTENIR L’AMÉRIQUE DANS LE PROCESSUS DU CHANGEMENT

Les entreprises pourraient contribuer de manière décisive en appuyant vigoureusement les dispositions du budget proposées par l’administration Biden en faveur du climat, telles que la tarification du carbone. Rappelons que le dernier projet de loi sur le climat, présenté au Congrès il y a dix ans, avait été balayé.

Alors que la 26e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques s’est conclue il y a peu en Écosse, l’incapacité à lutter contre cet enjeu risque de miner davantage la crédibilité de l’Amérique et de ralentir les efforts climatiques à l’échelle mondiale, dénonce  Michael Porter.

Le monde des affaires pourrait également changer la donne en soutenant le projet de loi qui vise à consolider le système électoral. Cette mesure permettrait de barrer la route à la manipulation et à la violence, et d’empêcher la répétition d’événements tels que l’invasion du Capitole par des partisans de Donald Trump lors de la dernière élection présidentielle.

« Un tiers des Américains pensent que le président Biden a gagné à la suite d’une fraude électorale, et la confiance des Américains dans le gouvernement est tombée à 24 % », déplore Michael Porter.

Alors que les États-Unis sont à la croisée des chemins, les PDG ont un rôle décisif à jouer dans l’avenir du pays, assure-t-il. Ils doivent pour cela cesser de privilégier leurs intérêts à court terme, une attitude qui compromet la compétitivité du pays et mine la confiance des citoyens, pour soutenir le pays dans le processus du changement.

Selon lui, le courage et l’innovation légendaires qui ont fait la réussite du modèle d’entrepreneuriat américain pourraient ainsi contribuer à assurer le succès de plusieurs réformes politiques indispensables.