Photo : Sebastien Decoret / 123RF

EY Canada renforce son équipe d’experts en matière de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité (RPC) et le financement des activités terroristes (FAT) en accueillant dans ses rangs les professionnels de l’entreprise montréalaise Résolution Inc.

EY bonifie ainsi son offre de services pour aider ses clients à l’échelle canadienne à faire face à un environnement toujours plus complexe dû à la hausse des crimes financiers et l’évolution des exigences de conformité pour les institutions financières à mesure que davantage de produits et de services sont offerts en ligne en raison de la COVID-19.

Les entreprises doivent donc « se tourner davantage vers la veille stratégique et l’étude des données », explique Linda Williams, associée directrice, Consultation, chez EY Canada. En unissant ses forces à celles de l’équipe de Résolution, qui est composée de professionnels multidisciplinaires en finances, en droit et en technologie, la firme sera davantage en mesure de satisfaire les besoins des clients sur ce plan.

« Les auteurs de cybermenaces ciblant un volet du crime financier sont souvent actifs dans d’autres volets, ce qu’ignorent bien des entreprises de services financiers qui travaillent en vase clos », affirme Guy Robert, associé chez Résolution.

La nouvelle équipe renforcée pourra « aider les clients à adopter une méthode de prévention des crimes financiers plus globale qui tienne compte non seulement des aspects technologique et réglementaire, mais aussi des responsabilités et des processus inhérents et de la mise en place de systèmes reposant sur des données », poursuit-il.

La difficulté d’effectuer un contrôle diligent de la clientèle et de contrer les cybermenaces entraîne une intensification des risques liés au RPC, à la cybersécurité, à la fraude et à la sécurité physique dans les entreprises de services financiers.

En plus de devoir procéder à davantage d’examens réglementaires officiels, elles doivent se conformer à une réglementation qui évolue sans cesse. C’est le cas, par exemple, des modifications à la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes qui prendront effet en juin 2021.

EY sera davantage en mesure de conseiller ses clients pour favoriser l’adoption d’une « approche plus agile, plus efficace et plus durable en matière de conformité pour la prévention des crimes financiers qui leur permettra de relancer leurs activités de manière plus rapide et plus forte », soutient Simon Beaulieu, leader, Gestion des risques des services financiers de la firme.