Panneau de circulation avec l'icône attention.
Photo : trendobjects / 123RF

La Financière Sun Life a récemment publié une mise en garde contre une offre d’achat d’Obatan. Cette offre d’achat restreinte non sollicitée porte ainsi sur un maximum de 50 000 actions ordinaires de la Sun Life, soit près de 0,0085 % des actions ordinaires en circulation, au prix de 35 dollars américains ($ US) par action.

La Sun Life a tenu à préciser qu’aucun lien n’existait entre elle et Obatan. Elle a également ajouté que l’offre faite par ladite société était bien inférieure à celle récemment en vigueur pour l’action de la Sun Life sur les marchés du Canada et des États-Unis.

L’offre représente ainsi un escompte de 19,90 % et de 19,84 % respectivement, par rapport aux cours de clôture des actions ordinaires de la Sun Life à la Bourse de Toronto et de New York le 18 décembre 2020, soit le jour précédant le début de l’offre d’achat restreinte.

Les autorités en matière de valeurs mobilières des États-Unis et du Canada, notamment les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) et la Securities and Exchange Commission (SEC), ont déjà émis plusieurs recommandations à l’encontre des offres d’achat restreintes en général. Ces dernières permettent d’éviter d’avoir à se soumettre aux exigences prévues par la réglementation canadienne et américaine sur les valeurs mobilières en matière de divulgation et de procédures applicables à la plupart des offres.

La SEC explique ainsi que « les émetteurs font des offres d’achat restreintes à des cours inférieurs à ceux du marché, en espérant que les investisseurs baissent la garde et qu’ils ne comparent pas le cours offert au cours actuel du titre sur le marché ».

DES CLAUSES SUJETTES AUX CHANGEMENTS

Selon les documents liés à l’offre d’Obatan, les actionnaires de la Sun Life qui ont déjà déposé leurs actions ont jusqu’au 2 février prochain pour les retirer, en suivant les procédures décrites dans les documents.

Toutefois, il est précisé que les conditions de l’offre peuvent changer et que la contrepartie en trésorerie pourrait donc être moins élevée que prévu. Dans un tel cas, la Sun Life craint que les actionnaires pourraient ne reçoivent que des informations limitées sur de potentiels changements ou n’aient qu’un délai très serré pour retirer leurs actions.

Avant de se lancer, la Sun Life estime que les actionnaires devraient donc consulter un conseiller et passer en revue leurs options concernant le placement de leurs actions de la Sun Life.