Photo : lightwise / 123RF

Beaucoup trop de gens, si l’on en juge par la liquidation excessive de certains titres, croit Peter Hardy, vice-président de American Century Investments à Kansas City (Missouri).

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« Nous analysons les entreprises selon leur position dans le cycle économique et leur potentiel de rendement sur une base normalisée. Notre but est d’évaluer le rendement qu’elles peuvent offrir à l’issue d’un cycle. Nous prenons aussi en compte les pressions qui pourraient menacer leur modèles d’affaires, et l’impact concret qu’elles pourraient avoir sur leurs résultats », dit Peter Hardy.

L’expert dit se concentrer avant tout sur la réalité économique et les éléments fondamentaux des entreprises, plutôt que de se laisser influencer par les émotions du marché. Par exemple, les craintes de nombreux investisseurs concernant les nouvelles barrières douanières entre la Chine et les États-Unis.

« Les inquiétudes envers les barrières douanières sont une source de volatilité à court terme. Bien que le marché les ait ignorées auparavant, elles ont fini par faire leur effet durant le dernier trimestre 2018 », observe Peter Hardy.

Dans bien des cas, les baisses de titres ont été démesurées par rapport à la réalité économique des barrières douanières, croit-il. Et cela crée des aubaines pour les investisseurs qui savent les repérer.

« Par exemple, beaucoup de titres du secteur industriel ont été liquidés à cause de ces craintes, et ils sont devenus plus attrayants en conséquence. Mais quand on analyse les entreprises individuellement, on peut voir que l’incidence des barrières douanières est bien moindre que ce que laissent croire les mouvements de leurs titres, car leurs perspectives d’affaires à long terme demeurent inchangées », dit Peter Hardy.

Selon lui, les entreprises qui subissent des hausses de coûts seront toujours en mesure de les passer à leurs clients sous forme de prix plus élevés, ou de relocaliser leurs opérations chinoises dans une région plus favorable.

« S’il est vrai que les barrières douanières créent une pression inflationniste et des inquiétudes envers la croissance mondiale, leur impact spécifique au niveau des entreprises est réduit par la possibilité de passer les coûts aux clients ou de relocaliser. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.