Photo : iStockphoto/SDI Productions

Trois quarts des Canadiens cherchent des conseils en matière de retraite suite aux préoccupations causées par la pandémie de la COVID-19, selon une étude sur la retraite publiée par Placements Mackenzie.

Selon l’étude réalisée en août auprès de 1511 Canadiens âgés de 30 à 75 ans, 80% des retraités jugent qu’ils ne sont pas bien informés à propos de leur pension et 50% des travailleurs canadiens jugent être bien informés lorsqu’il s’agit de faire croître les investissements et de les gérer.

Parmi ces travailleurs, 72% estiment qu’il est important de travailler avec un conseiller qui peut les aider à tirer le meilleur parti des investissements avant et pendant la retraite.

« Les résultats de l’étude indiquent que, vu leurs attentes, leurs plans et les défis uniques auxquels ils font face, les travailleurs canadiens doivent aborder la planification de la retraite et la transition à la retraite différemment de leurs parents et grands-parents, a déclaré Carol Bezaire, vice-présidente, Fiscalité, successions et philanthropie stratégique, Placements Mackenzie. Ils font face à une nouvelle réalité en matière de retraite qui nécessite une nouvelle approche. »

Les conditions économiques et sociales actuelles, pour la plupart causées par la pandémie, changent les perspectives de retraite de la plupart des Canadiens. Parmi les travailleurs interrogés, 63% s’attendent à travailler plus longtemps qu’ils ne le souhaitent pour pouvoir prendre leur retraite, et 51% prévoient travailler à temps partiel une fois à la retraite.

« Compte tenu des défis et des contraintes de temps auxquels les travailleurs canadiens sont confrontés au quotidien, il n’est pas surprenant que la plupart d’entre eux n’aient pas pu se concentrer sur leur future retraite, a noté Carol Bezaire. Toutefois, il est encourageant de constater qu’ils veulent être mieux préparés. Cela représente une énorme opportunité pour les conseillers du Canada de démontrer davantage la valeur des conseils et de travailler avec les clients pour les aider à devenir plus confiants et plus autonomes. En tant qu’industrie, nous devons cesser de nous concentrer uniquement sur l’épargne en vue de la retraite, pour nous concentrer sur l’épargne et la transition vers la retraite. »

Un des constats les plus inquiétants du rapport est que 27% des travailleurs et retraités canadiens n’ont ni régime de retraite ni régime épargne retraite, et 13% d’entre eux ne pensent pas qu’ils pourront un jour prendre leur retraite. Ceux-ci représentent une clientèle d’intérêt pour tous les conseillers qui souhaitent accompagner des travailleurs ou des retraités à n’importe quel stade de leur planification.

« Il ressort clairement du rapport que même si les travailleurs canadiens sont des épargnants consciencieux, ils ne font pas tout ce qu’ils peuvent pour se préparer à une retraite réussie. Ils doivent se concentrer davantage sur la planification de la retraite, améliorer leurs compétences en matière de gestion d’argent ainsi que leurs connaissances financières générales. Heureusement, ils ne sont pas obligés de le faire seuls — la plupart aiment l’idée de travailler avec un conseiller financier qui peut les aider à gérer leur coussin de retraite et à se préparer pour leurs années après le travail », conclut le rapport.