La majorité des Canadiens (65 %) accepteraient de payer davantage pour avoir une prestation de retraite garantie à vie.

C’est le constat d’un sondage de Willis Towers Watson mené auprès de 2000 employés canadiens.

Quelque 62 % ont aussi affirmé qu’ils étaient prêts à payer plus pour une prestation plus généreuse.

Le quart des participants (26 %) pensent devoir retarder leur retraite après 65 ans, alors que le tiers (32 %) estiment qu’ils ne la prendront pas à l’âge prévu.

De plus, 13 % pensent devoir attendre l’âge de 70 ans et 3 % croient qu’ils ne prendront jamais de retraite.

« Certains travailleurs auront la chance d’hériter de leurs parents, alors que d’autres pourraient devoir remédier à leur épargne-retraite insuffisante en vendant de manière anticipée des actifs tels que leur propriété. Pour de nombreux travailleurs, toutefois, l’option par défaut sera de travailler plus longtemps », a indiqué Kim Anto, conseillère principale du secteur Retraite chez Willis Towers Watson.

Les employés qui prévoient retarder leur départ à la retraite sont en moins bonne santé, plus stressés et plus susceptibles de se sentir coincés dans leur emploi que ceux qui prévoient quitter la vie active plus tôt, signalent les résultats du sondage.

Faits saillants du sondage

71 % des baby-boomers, 65 % des membres de la génération X et 56 % de la génération Y indiquent qu’ils consentiraient à retrancher un montant plus élevé de leur paie tous les mois pour s’assurer une prestation de retraite garantie.

67 % des travailleurs préféreraient toucher une prestation de retraite garantie à vie plutôt que d’avoir un fonds à investir, qui risque de s’épuiser (20 %).

38 % croient qu’il y a au moins 50 % des chances qu’ils doivent travailler jusqu’à l’âge de 70 ans

74 % des répondants estiment qu’ils auront une retraite moins confortable que leurs parents.

La rédaction vous recommande :