C’est le programme pour les mois à venir, jusqu’à ce que l’administration Trump retourne à la table des négociations, croit Luc de la Durantaye, chef des placements et investissements pour Gestion d’actifs CIBC.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« Les objectifs actuels des États-Unis sont de réduire leur déficit de balance commerciale et de protéger la propriété intellectuelle de leurs entreprises. Ce sont des objectifs valides, particulièrement en ce qui concerne la Chine. Mais ils provoquent de l’incertitude », dit Luc de la Durantaye.

Selon l’expert, tout va dépendre du degré auquel les États-Unis sont prêts à défendre leurs intérêts, et poursuivre l’escalade de leurs droits de douane. Certains sont rentrés en application dès jeudi dernier, frappant pour 34 milliards de dollars américains de produits chinois, et le président Trump a évoqué des droits supplémentaires à venir.

« Tout cela amène de l’incertitude qui affecte l’économie, les décisions des consommateurs et des entreprises, et les marchés financiers à court terme », dit Luc de la Durantaye.

« Nous privilégions un scénario selon lequel les tensions commerciales pourraient se poursuivre au cours de l’été. L’administration Trump veut montrer sa détermination à changer les relations commerciales avec ses partenaires, mais elle souhaite également gagner du soutien politique auprès de sa base d’électeurs à l’approche des élections de mi-mandat en novembre », analyse-t-il.

« À moyen terme, plus ces tensions commerciales s’intensifient, plus elles auront des répercussions négatives sur l’économie et les marchés financiers. Et les partenaires commerciaux des États-Unis ne souhaitent pas cela. On s’attend donc à les voir revenir à la table des négociations d’ici l’automne, afin de réduire les tensions. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.