maillet de juge et argent américain
Photo : alfexe / istockphoto

John Stumpf, l’ancien PDG de Wells Fargo, devra payer une amende de 17,5 M$ US (23 M$ CA) en plus d’être banni à vie du secteur bancaire, rapporte le Washington Post. 

En échange, l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC), principal organisme de réglementation du secteur bancaire américain, accepte d’abandonner les poursuites entreprises à l’égard de l’ancien banquier. Il continuera toutefois de viser cinq autres dirigeants de la banque pour ce qui a été qualifié d’inconduite « systémique » dans les pratiques de ventes.

L’ancienne responsable de la banque de détail, Carrie Tolstedt, retraitée depuis 2016, est poursuivie pour 25 M$ US (32,9 M$ CA), rappelle l’Agence France-Presse. Dans un récent communiqué, l’OCC annonce également poursuivre quatre autres anciens dirigeants pour un montant total de 12,5 M$ US (16,4 M$ CA).

COMPTES FICTIFS

M. Stumpf a été PDG de Wells Fargo de 2005 à 2016. Il a aussi dirigé la banque de détail de 2002 à 2005. Selon l’OCC, ce sont des millions de clients de la banque qui ont été victimes de méthodes fort peu scrupuleuses de la part de cette institution financière entre 2002 et 2016.

Cette dernière avait notamment ouvert des millions de comptes fictifs au nom de ses clients, afin que ses agents atteignent leurs objectifs de vente. La banque a depuis remboursé au moins 42,9 M$ US (56,3 M$ CA) à ses clients suivant une révision de ses pratiques de vente. 

PIRE QUE LA GUERRE EN IRAK

L’OCC soutient que si ces gestes ont été posés par le personnel des ventes, les dirigeants sont à l’origine du problème en leur donnant des objectifs peu raisonnables, en imposant une pression indue pour les atteindre et en fermant les yeux devant les procédés douteux.

Dans une lettre adressée au PDG, un employé avait même écrit en 2013 qu’il avait ressenti « moins de stress lors de la Guerre du Golfe de 1991 qu’en travaillant pour Wells Fargo », faisant référence à l’invasion de l’Irak par l’armée américaine. Cela donne une idée de l’ambiance qui y régnait alors.

Dans tout cela, M. Stumpf aurait, selon l’OCC, manqué à son devoir de supervision. L’ancien PDG a reconnu sa responsabilité, renonçant dans la foulée à environ 70 M$ US (91,9 M$ CA) en salaire, primes et autres indemnisations en actions.

LOIN DE LA RUINE

Bloomberg invite toutefois à ne pas trop s’inquiéter pour l’avenir financier de cet ancien banquier. Il a tout de même quitté Wells Fargo avec pour plus de 80 M$ US (105 M$ CA) d’actions en poche, selon le quotidien économique. Il a aussi reçu plus de 60 M$ US (78,8 M$ CA) en salaire pendant ses années de service et pourra toucher une pension de retraite dont la valeur totale était de 22,7 M$ US (29,8 M$ CA) au moment de son départ. 

Son patrimoine financier reste donc dans un état fort enviable. Et pour sa réputation? Ça, c’est une tout autre histoire…