Seul un Canadien sur deux s’estime bien renseigné en matière de finances personnelles, révèle un récent sondage de Tangerine effectué à l’occasion du Mois de la littératie financière.

Près de quatre personnes sur dix (39 %) jugent leurs connaissances satisfaisantes, soutenant qu’ils en savent juste assez pour se débrouiller. Toutefois, pour 12 % des répondants, c’est le noir complet, leur savoir étant limité ou inexistant.

Malgré tout, la vaste majorité des Canadiens (79 %) ont des objectifs d’épargne. Ceux-ci concernent au premier chef la retraite (45 %), puis l’établissement d’un fonds d’urgence (32 %) et les voyages (28 %).

La plupart des répondants établissent un budget, mais seuls 41 % d’entre eux arrivent à le respecter. Pour la moitié des Canadiens, il est difficile de toujours le faire, bien que 84 % estiment vivre selon leurs moyens. La hausse du coût de la vie (51 %) et les dépenses imprévues ou de dernière minute (36 %) sont les principaux obstacles au respect du budget.

Un taux alarmant de 73 % des familles canadiennes craint ne pas épargner suffisamment pour la retraite. La moitié des familles s’inquiètent de manquer de fonds pour les études postsecondaires de leurs enfants. Et plus de la moitié de ce groupe (54 %) rembourse des dettes, notamment une hypothèque et des soldes de carte de crédit, ce qui limite leur capacité d’épargne.

ÉPARGNER OU REMBOURSER, LE DILEMME DES JEUNES

Les jeunes adultes ont aussi leurs dettes. Un quart des jeunes de 27-34 ans rembourse des prêts étudiants variant de 5 000 $ à plus de 15 000 $, et près de six sur dix (57 %) ne remboursent que le minimum mensuel. Un grand nombre d’entre eux épargne tout de même (68 %). Ils mettent en moyenne 270 $ par mois à l’abri dans un compte d’épargne, un compte d’épargne-retraite ou un CELI. Ceux qui ne le font pas invoquent le manque de fonds (43 %), un remboursement de prêts étudiants ou de solde de cartes de crédit (20 %) ou soutiennent avoir d’autres priorités (17 %).

ET LES BOOMERS ?

Enfin, chez les boomers encore d’âge actif (55-64 ans), 42 % sont déjà à la retraite, et 53 % de ceux qui travaillent prévoient prendre leur retraite d’ici cinq ans. La majorité des boomers (75 %) se disent prêts à gérer leurs finances à la retraite avec l’aide d’un conseiller (44 %) ou en se fiant à leurs connaissances personnelles (31 %). Toutefois, un Canadien s’approchant de la retraite sur quatre n’a aucune idée de comment il gérera ses finances personnelles à ce moment-là.

Par ailleurs, 68 % des boomers soutiennent encore leurs enfants de 18 ans et plus, que ce soit via un montant pour des dépenses mensuelles ou récurrentes (35 %), d’une assistance aux petits-enfants (32 %), d’une aide aux études autre qu’un REEE (30 %) ou d’importants dons en argent (20 %). Un quart des boomers de 55-64 ans ont toujours un ou des enfants adultes à la maison. Ce n’est pas ce que l’on appelle la liberté 55…

Le sondage Tangerine, réalisé en ligne du 14 au 20 octobre 2016, a été mené auprès de 1 434 adultes membres du Forum Angus Reid sélectionnés au hasard, dont 1 014 étaient répartis en fonction de leur âge, sexe, région et niveau d’instruction, ainsi que de leur langue, dans le cas du Québec.

La rédaction vous recommande :