Monde
Évasion fiscale : ces pays sur la liste noire de l’OCDE

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) reproche à 21 juridictions de faciliter l’évasion fiscale en vendant des statuts de résident permanent ou de citoyens à des individus fortunés.

Ces pays ont été placés sur une liste noire par l’OCDE, comme le rapportait récemment International Investment. Ils permettent aux individus de payer fort peu d’impôt sur leurs actifs mondiaux, tout en passant très peu de temps sur leur territoire. L’Organisation a aussi dénoncé l’industrie de la citoyenneté par l’investissement, laquelle transformerait la nationalité en bien de consommation. Ce stratagème est déjà évalué à près de quatre milliards de dollars.

On retrouve plusieurs des suspects habituels sur cette liste, notamment trois pays européens (Chypre, Malte et Monaco), plusieurs États caribéens (les Bahamas, la Barbade, Saint-Christophe-et-Niévès, etc.), Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Qatar et la Malaisie.

Par ailleurs, le Royaume-Uni, l’Espagne et le Portugal, absents de cette liste, bénéficieraient aussi de la vente de statuts de résidents, selon Transparency International et Global Witness.

Singapour
L’activité des conseillers-robots encadrée

La banque centrale de Singapour a émis l’automne dernier de nouvelles directives à l’égard des services financiers numériques, révèle Asia Asset Management.

L’autorité réglementaire souhaite éclaircir l’application des règles actuelles, offrir plus d’options aux investisseurs et faciliter les activités des conseillers-robots. La banque centrale de Singapour essaie de protéger les investisseurs sans tuer l’innovation dans les services financiers, un peu comme ce que tentent de faire les Autorités canadiennes en valeurs mobilières.

Les nouvelles directives stipulent que les conseillers-robots offrant des services de gestion de portefeuille à des investisseurs de détail seront admissibles à un permis sans devoir présenter un antécédent d’au moins cinq ans, ni détenir un actif sous gestion minimum d’un milliard de dollars singapouriens (943 M$ CA), comme l’exige normalement la loi. Ils devront toutefois respecter d’autres critères, notamment avoir des administrateurs et hauts dirigeants expérimentés en gestion de portefeuille et procéder à des audits indépendants annuellement.

L’industrie de la citoyenneté par l’investissement est déjà évaluée à près de
4 milliards de dollars.

Royaume-Uni
Barclays offre des conseils financiers gratuits aux Y

Plus d’un tiers des jeunes Britanniques de la génération Y se rongent les sangs à la simple idée de consulter leur relevé bancaire, selon un sondage réalisé par Barclays auprès de 2 000 d’entre eux. Près de la moitié des répondants soutiennent que leurs soucis financiers leur font perdre le sommeil. Plus d’un quart des Y paniquent devant la facilité avec laquelle ils perdent le fil de leurs dépenses et un sur dix craint de regarder l’état de son compte bancaire après avoir fait la fête la nuit précédente.

Devant ces résultats, Barclays a décidé de tester dans six succursales l’offre de conseils financiers gratuits et informels aux gens de cette tranche d’âge, qu’ils soient ou non des clients de la banque, indique le site web This is money. L’objectif est d’épauler les Y dans un meilleur contrôle de la gestion de leurs économies en leur fournissant du mentorat. Du lundi au vendredi, entre 8 h et 20 h, les jeunes auront accès par appel vidéo à des employés de Barclays spécialement formés pour les aider.

France
Les banques en ligne attirent les clients, mais pas les profits

Pas moins de 4,4 millions de Français avaient opté pour une banque en ligne à la fin de 2017, une hausse de 1,3 million en un an, rapportent Les Echos. Cette forte augmentation tiendrait en partie à l’entrée en vigueur du dispositif d’aide à la mobilité bancaire en février 2017, forçant les institutions financières à effectuer à la place des clients toutes les formalités entourant un changement d’établissement bancaire. Toutefois, en raison de leur modèle d’affaires offrant des services à prix réduits, voire gratuits, les banques en ligne ne dégagent aucun profit.

En 2017, selon l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), 3,1 millions de comptes courants étaient ouverts dans des banques en ligne comme ING Direct, Orange Bank et autres Ma French Bank. Cela représente 3,9 % du total des comptes en France.

Il faut cependant souligner que les principales banques en ligne sont souvent rattachées à une institution financière traditionnelle (Boursorama Banque est liée à la Société Générale, Hello bank !, à BNP Paribas, etc.). Ces banques nouveau genre visent l’atteinte d’un total de 13,3 millions de clients en 2020.

Dans la twittosphère

Les #FNB de titres à revenu fixe à #gestion active sont devenus des concurrents de taille aux populaires et traditionnels FNB obligataires à gestion passive. #portefeuille #investissement #rendement @banquenationale bit.ly/2zwDfwf
>> FI @FI_Quebec / 17:05 – 28 nov. 2018

Heureux de présenter un nouveau type de calculateur pour évaluer le profil d’investisseur au Novas Tendência em Educação Financeira. OECD-LAC-CVM @lautorite
>> EducFin /C. Beaudoin @EducFin / 07:29 – 13 nov. 2018

« Près des trois quarts des parents ne parlent pas régulièrement d’argent à leurs enfants, les laissant ainsi mal préparés à la gestion de leurs finances plus tard.»
>> ChambreSF‏ @Chambresf / 10:02 – 25 oct. 2018