Quelle est la probabilité que votre client entrepreneur devienne un employeur? Plutôt faible, selon les conclusions d’une vaste étude américaine sur la question fraîchement publiée.

S’appuyant sur l’expérience de vécue par près de 5000 PME pour la période allant de 2004 à 2011, la Small Business Administration (SBA) américaine arrive ainsi à la conclusion que 3 entrepreneurs sur 4 ne seront jamais d’importants employeurs.

L’étude, publiée en décembre 2013, fait le point sur certaines variables qui permettent de prédire si un entrepreneur embauchera un jour.

Au premier chef, le temps écoulé entre le démarrage et l’embauche est un bon indicateur de la propension d’un entrepreneur à devenir, éventuellement, un important donneur d’ouvrage.

L’étude de la SBA conclut ainsi que si aucune embauche n’est faite dans les trois premières années du démarrage, les chances que la PME devienne importante sont pratiquement nulles.

Dans les faits, 38 % des PME qui sont devenues d’importants employeurs ont embauché leur premier employé dans l’année du démarrage, alors que 54 % le faisaient dans les trois premières années.

Passé ce stade, seules 4 % des PME n’ayant pas embauché de façon importante dans les trois premières années le faisaient dans les années suivantes.

Autre constat : les hommes entrepreneurs sont plus enclins à embaucher de façon importante que les femmes : ainsi, dans les deux premières années 55 % des hommes étaient en voie de devenir d’importants employeurs, par rapport à 44 % pour les entrepreneures.

L’ethnie semble également jouer un rôle sur les habitudes d’embauche, selon la SBA. Par exemple, les trois quarts des entrepreneurs asiatiques embauchaient de façon conséquente, comparativement à un peu plus de la moitié pour les autres groupes. L’éducation et la formation d’un entrepreneur, par contre, ne semblent pas jouer un rôle important.

L’autre grand facteur permettant de prévoir les habitudes d’embauche d’un entrepreneur est le secteur d’activité. Ainsi, les entrepreneurs en transport devenaient des employeurs majeurs dans 90 % des cas, alors que ceux actifs dans la vente en gros (88 %), la construction (79 %) et les services professionnels (78 %) suivent.

À l’opposé, un peu plus de la moitié des entrepreneurs de la finance, de l’information et du divertissement ou des services alimentaires ne sont devenus d’importants employeurs pendant les sept années d’observation de l’étude.

À lire : Transfert d’entreprise : à peine 1 PME sur 10 sait comment faire