Un peu moins de la moitié (42 %) des propriétaires de PME ne regrettent pas leurs actions passées (ou celles qu’ils n’ont pas encore posées) au moment où ils ont fondé leur PME. C’est ce qui ressort d’un sondage mené par la Banque Scotia. Si certains ont des regrets, c’est à propos de l’estimation des heures consacrées à leur PME (19 %), alors que d’autres croient qu’ils devraient éviter de tout faire à la fois (15 %).

Près de trois propriétaires sur dix (26 %) n’ont demandé de conseils à personne au moment de se renseigner sur le démarrage d’une entreprise. Trente-deux pour cent (32 %) ont consulté parents ou amis, et 28 %, leur comptable.

À lire : Les jeunes propriétaires souhaitent faire croître leur entreprise

Être son propre patron

Mais qu’est-ce qui pousse les gens à fonder leur propre entreprise? Près du quart (24 %) affirment avoir saisi une occasion, 16 % voulaient être leur propre patron et 15 % ont changé de carrière ou de mode de vie.

Et que préfèrent-ils dans le fait d’être propriétaire de PME? Plus de la moitié (53 %) des entrepreneurs sondés avancent le fait d’être leur propre patron et 26 % citent le fait d’exercer un contrôle créatif sur leur PME.

Malgré tout, des obstacles

Trouver des clients est le principal obstacle (32 %) selon les entrepreneurs sondés. Ensuite, ils citent l’équilibre travail-famille (19 %), l’accès au crédit (16 %) et la gestion des flux de trésorerie (14 %).

L’âge moyen des entrepreneurs au moment de la création de leur entreprise est de 40 ans. Cependant, le sondage de Scotia révèle que 22 % l’ont fait avant 30 ans, et 24 % après 50 ans.

À lire : Des obstacles à la progression des femmes en entreprise