Photo : Katarzyna Białasiewicz /123RF

Vos clients pourraient vous poser une question particulièrement importante pour la planification de leur retraite : pourront-ils se permettre de vivre en maison de retraite? Si non, combien de plus devront-ils épargner? Si la question des coûts de soins de santé en fait frémir plus d’un, ceux-ci ne sont pas aussi graves que ce que l’on pourrait imaginer.

Dans un article du Financial Post, Ted Rechtshaffen, président et conseiller en patrimoine à TriDelta Financial, a envisagé plusieurs cas de figures pour évaluer l’abordabilité des maisons de retraite. Selon ses résultats, les coûts ne sont pas aussi importants que vos clients ne l’imaginent.

POURQUOI OPTER POUR UNE MAISON DE RETRAITE?

Vos clients devraient se poser plusieurs questions avant de choisir où ils habiteront à la retraite, et si réellement ils doivent envisager de vivre dans une maison de retraite :

  • Quel est leur état de santé?
  • À combien s’élèvent leurs frais de subsistance annuels?
  • Peuvent-ils compter sur leur famille pour du soutien?
  • Veulent-ils vivre plus près de leurs enfants?

Plusieurs scénarios s’offrent aux gens nécessitant des soins particuliers. Ils peuvent bien sûr opter pour une résidence publique avec soins infirmiers qui coûte, selon la province, entre 0 $ et 3 000 $ par mois, selon les chiffres avancés par Ted Rechtshaffen.

Sinon, vos clients peuvent choisir une maison de retraite privée dont le coût mensuel varie entre 3 000 $ et 7 000 $ pour des soins de base. Ces chiffres peuvent grimper d’un autre 1 000 $ à 3 000 $ par mois si davantage de soins sont offerts.

Finalement, ils ont aussi la possibilité de rester chez eux en ayant recours à des soins privés à temps partiel, soit 30 heures par semaine à environ 20 $ de l’heure, ce qui correspond à environ 31 200 $ par année. Mais il faut garder en tête que plus la santé se détériore, plus le nombre d’heures en soins augmente, et si une aide à temps plein est nécessaire, il faut envisager de débourser environ 175 000 $ par année, toujours selon les calculs de Ted Rechtshaffen.

Ainsi, une maison de retraite peut s’avérer le choix le plus abordable, selon la santé et l’envie du client. Et, bien que ces chiffres soient élevés, Ted Rechtshaffen estime que, dans de nombreux cas, ils peuvent être largement couverts par des réductions de dépenses.

CINQ FACTEURS À CONSIDÉRER

Selon le président et conseiller en patrimoine de TriDelta Financial, avant de s’inquiéter pour le financement d’une retraite en maison spécialisée, il est important de considérer les cinq facteurs suivants :

1) Les personnes qui optent pour la vie en maison de retraite quittent leur domicile et, de ce fait, laissent derrière elles des dépenses importantes. Ainsi, elles éliminent la plupart de leurs coûts de nourriture et de services publics. Si vos clients louent un logement, ils n’auront plus besoin de le faire et s’ils sont propriétaires, ils n’auront plus de frais d’entretien ni de taxes foncières. Ted Rechtshaffen évalue ces économies réalisées à 18 000 $ à 60 000 $ par an.

2) En maison de retraite, les dépenses liées au mode de vie diminuent également de manière importante. Ainsi, les frais de déplacement, de restauration, le budget pour les vêtements et les dépenses de divertissement auront tendance à fondre.

3) Certains crédits d’impôts peuvent également aider, en particulier ceux attribués aux frais médicaux. Par exemple, s’il existe des coûts de soins de santé dans une maison de retraite, ceux-ci peuvent être considérés comme des frais médicaux et un pourcentage important de ces frais peut être déduit du revenu. De nombreuses personnes âgées pourraient récupérer entre 25 % et 30 % de leurs dépenses liées à la santé.

4) De nombreuses personnes oublient parfois leurs sources de revenus, notamment le Régime de pensions du Canada, la Sécurité de la vieillesse, les REER et FERR, les CELI, les revenus de placement non enregistrés, les régimes de retraite du conjoint, etc. Ces fonds ont été construits justement pour couvrir les dépenses de retraite. C’est le moment de s’en servir.

5) Certains de vos clients peuvent également avoir souscrit une assurance soins de longue durée qui couvre certains frais de santé, ce qui pourrait s’avérer utile durant cette période de leur vie. Rappelez-leur.

Ces facteurs peuvent ne pas couvrir tous les frais, mais devraient plus ou moins éponger les frais supplémentaires annuels.

LA VENTE D’UNE MAISON

Si vos clients sont propriétaires d’une résidence, la vente de leur maison pourrait aussi permettre de couvrir une bonne partie de ces frais et certains frais annuels.

Ted Rechtshaffen prend ainsi l’exemple d’un retraité qui vendrait une maison pour un million de dollars. Si ce million est investi dans un rendement relativement prudent rapportant 5 % par an, cela se traduit par une croissance de 50 000 dollars par an. Même s’il s’agit de 40 000 dollars par an après impôts, dans de nombreux cas, les dépenses annuelles de vos clients augmenteront de moins de 40 000 dollars par an s’ils déménagent dans une résidence pour retraités.

De nombreux programmes de santé provinciaux offrent également des services de soins personnels aux personnes dans le besoin, quel que soit leur lieu de résidence. Renseignez-vous sur eux.

Ainsi, bien que le déclin de la santé puisse engendrer de nombreux défis, l’incidence sur les finances de vos clients n’est pas forcément aussi grave qu’ils ne le pensent.