Femme âgée pensive, assise au bord d'une fenêtre.
Photo : dimaberkut / 123RF

De nombreux Canadiens affirment être inquiets du fardeau financier que représente le soutien de leurs parents vieillissants, rapporte Advisor’s Edge

Un récent sondage mené pour le compte de FP Canada et de la firme Chartwell Retirement Residences révèle en effet qu’un nombre croissant d’entre eux craignent d’être obligés de retarder leur départ de la vie active ou encore d’être incapables de rembourser leurs dettes.

Concrètement, 14 % des répondants ayant un parent encore en vie indiquent qu’ils prévoient reporter leur retraite pour s’occuper financièrement de lui, tandis que 12 % reconnaissent que le fait de soutenir un proche risque de les empêcher de rembourser l’argent qu’ils doivent à leurs créanciers.

LES QUÉBÉCOIS MOINS STRESSÉS

La bonne nouvelle, c’est que seuls 5 % et 8 % des sondés, respectivement, ont confirmé que le fait de soutenir financièrement leur père ou leur mère avait effectivement abouti à de tels scénarios. À l’échelle régionale, Advisor’s Edge note que les répondants du reste du Canada sont nettement plus susceptibles que ceux du Québec de craindre que leur retraite soit reportée parce qu’ils soutiennent leurs parents (17 %, comparativement à 5 %).

L’enquête d’opinion montre également que 13 % des personnes interrogées ont déclaré avoir dû prendre un congé pour s’occuper d’un parent vieillissant, alors que 5 % ont indiqué avoir été carrément contraintes de quitter leur emploi. À noter que les femmes étaient, dans l’ensemble, davantage susceptibles que les hommes de s’absenter de leur travail (15 %, contre 10 %). Au total, près d’un répondant sur 10 (8 %) déclare avoir aujourd’hui un ou des parents financièrement à sa charge.

Le sondage révèle par ailleurs que les 18-34 ans se montrent les plus préoccupés par les répercussions financières que risquent d’avoir, pour eux, l’éventuel besoin de soins médicaux de leurs parents vieillissants. Au point que près de deux sur 10 (18 %) indiquent s’attendre à devoir différer leur retraite.

UNE PROFONDE MÉCONNAISSANCE DES CRÉDITS D’IMPÔT

Malgré ces craintes, l’enquête d’opinion relève qu’un grand nombre de contribuables ne sont pas au courant des diverses formes d’aide financière qui pourraient, dans certains cas, leur être offertes afin qu’ils puissent mieux prendre soin de leurs proches âgés en difficulté.

Ainsi, moins d’un tiers des répondants (28 %) ont entendu parler des crédits d’impôt associés aux parents à charge, tandis qu’à peine un sur cinq (22 %) connaît bien les subventions, prêts, remboursements et autres programmes d’aide financière associés à la rénovation de leur maison pour s’adapter à cette clientèle particulière. À noter que, dans ce cas, les hommes sont plus susceptibles que les femmes d’être au courant de ces crédits (31 %, par rapport à 24 %).

Le sondage a été mené en ligne par Léger entre le 26 et le 29 avril auprès d’un échantillon représentatif de 1 557 Canadiens d’un océan à l’autre. Sa marge d’erreur est de +/-2,5 %, 19 fois sur 20.