Trois personnages qui tentent de ramener des billets au sol. Ces derniers sont attachés à un ballon où il est inscrit inflation
Cemile Bingol / iStock

Selon Fitch Ratings, les principaux régimes de retraite du Canada sont capables de résister à un environnement caractérisé par une inflation élevée et une détérioration des perspectives de croissance.

Dans un nouveau rapport, l’agence de notation indique que les régimes de retraite canadiens qu’elle évalue – tels que OMERS, Teachers et HOOPP – sont en mesure de conserver leur cote AAA et leurs perspectives stables malgré la volatilité accrue des marchés, l’inflation élevée et les pressions de la croissance.

Selon Fitch Ratings, l’inflation élevée menace d’accroître le risque de capitalisation des régimes de retraite, tandis que les vents contraires de la croissance économique mondiale exerceront une pression sur le rendement des placements.

Toutefois, les principaux régimes de retraite canadiens devraient être en mesure de gérer ces défis, selon le rapport.

« Les horizons d’investissement à long terme des fonds de pension canadiens, les entrées captives, les sorties relativement prévisibles, la diversification de l’actif et la forte liquidité demeurent favorables à leurs cotes actuelles. »

En ce qui concerne le financement, par rapport à leurs homologues américains, le risque de financement est « moins aigu » pour les régimes de retraite canadiens, selon Fitch Ratings, car ceux-ci sont généralement entièrement ou presque entièrement financés.

« Les régimes de retraite canadiens intègrent également des hypothèses plus prudentes, avec des taux d’actualisation réels inférieurs à ceux de leurs homologues mondiaux, ce qui réduit les risques de financement », ajoute l’agence de notation.

Sans compter que les régimes peuvent réduire leurs risques de financement en ajustant les taux de cotisation ou en modifiant leur conception.

De plus, Fitch Ratings rappelle que les portefeuilles d’investissement des fonds de pension canadiens sont largement diversifiés et que l’inflation affectera différemment le rendement des investissements, selon la classe d’actifs.

Alors que les obligations traditionnelles ont tendance à sous-performer dans un contexte d’inflation, l’agence de notation note que les fonds de pension canadiens ont généralement réduit leur exposition aux obligations en faveur d’investissements privés, y compris les actifs réels, ces dernières années.

« Les investissements dans l’immobilier et les infrastructures peuvent fournir une couverture partielle contre l’inflation dans les secteurs où les revenus sont indexés sur l’inflation, comme les propriétés résidentielles, industrielles et de bureaux, les infrastructures de services publics et sociales et les projets d’énergie durable, alors que les obligations indexées sur l’inflation sont entièrement indexées sur l’inflation », résume-t-elle.

Les actions ont « historiquement eu des rendements mitigés pendant les périodes de forte inflation », indique le rapport.

« Bien que certains fonds de pension aient de plus en plus ciblé les investissements technologiques en 2021, Fitch Ratings estime que l’exposition reste modeste », ajoute le rapport.

« La hausse des taux d’intérêt pourrait profiter aux portefeuilles de crédit des fonds de pension canadiens, qui comprennent en grande partie des investissements à taux variable », conclut-il.