Photo : Wavebreak Media Ltd / 123RF

Certains de vos clients souhaitent certainement prendre leur retraite plus tôt que prévu. Mais avant de décider de tout quitter, assurez-vous qu’ils soient préparés au moindre imprévu. Pour éviter à vos clients de survivre à leurs économies ou d’être forcé de réintégrer le marché du travail alors que leurs compétences ou leur santé sont érodés, planifiez leur retraite.

1) SOINS DE SANTÉ

Même si vos clients sont en bonne santé au moment où ils désirent prendre leur retraite, cela ne veut pas dire que ce sera le cas jusqu’à la fin de leur vie. Souvent, plus votre client vieillit, plus ses soins de santé vont augmenter.

Les soins de santé sont extrêmement dispendieux et si la plupart sont couverts par une assurance, celle-ci ne prend pas forcément en compte tout ce qu’impliquent des problèmes de santé. Votre client pourrait devoir faire appel à une aide à la maison ou effectuer des travaux majeurs dans sa résidence pour pouvoir mieux se déplacer et cela peut représenter une grosse somme d’argent.

Il serait donc importun d’avoir une assurance qui couvre ce genre de besoin, tel qu’une assurance maladie grave, ou de prévoir une somme d’argent.

2) SE MÉFIER DES RETRAITS

De nombreuses personnes sous-estiment les impôts qu’elles devront payer une fois à la retraite. Les retraits des comptes de retraite comme le REER peuvent être imposés. Vos clients devront donc surveiller de près les montants qu’ils retireront chaque mois.

Par exemple, votre client pourrait être pénalisé s’il décide de recevoir ses versements de la Régie des rentes du Québec (RRQ) à 60 ans plutôt qu’à 65 ans. Ainsi, il recevra son RRQ avec un escompte de 36 %, et donc perdre 7,2 % par année avant 65 ans, explique Boyan Ivanov, planificateur financier à BMO. Alors que s’il décide de repousser ses versements du RRQ à 70 ans, votre client pourrait toucher 42 % de plus.

3) PRÉVOIR LES FUTURES DÉPENSES 

Avant qu’il parte à la retraite, il est de bon augure de demander à son client ce que fera son entourage. S’il est le seul à prendre sa retraite peut-être s’ennuiera-t-il et qu’il décidera de réintégrer le marché du travail, ce qui sera plus compliqué du fait de son âge et de sa situation.

Il serait également opportun d’anticiper le genre de loisir que votre client envisage pratiquer pour occuper son temps. Ces activités pourraient se révéler coûteuses à la longue, il faut donc les prévoir dans la planification de la retraite.

Il faut également savoir que les retraités dépensent différemment selon leur âge. Généralement, au début de leur retraite, vos clients voudront profiter de leur temps libre pour voyager, ils pourraient donc dépenser davantage que ce qu’ils faisaient durant leur vie active.

4) DIMINUER LES DETTES

Une fois à la retraite, vos clients recevront certainement moins d’argent, il serait donc avisé de leur conseiller de régler leurs dettes avant de songer à arrêter de travailler. Ou alors prévoyez le remboursement de ces dettes dans votre planification de retraite et assurez-vous de prendre en compte une possible hausse des taux d’intérêt pour que celle-ci n’ait pas une incidence dramatique sur les dettes de vos clients.

5) SE PRÉPARER À L’INATTENDU 

En plus d’établir un budget pour les dépenses mensuelles à venir, vous devriez également prévoir un coussin de sécurité pour vos clients afin de couvrir les dépenses soudaines.

« Trente ans de retraite, c’est terriblement long », affirme Mark Byelich, directeur principal de Wealth & Advisory Associates à Newtown au U.S. News.

Un problème de structure dans la maison ou des frais inattendus pour la voiture, tout peut arriver et à n’importe quel moment. Afin que ces imprévus ne pèsent pas trop sur le budget, il est important de prévoir un coussin de sécurité.

Une retraite anticipée est toujours possible, mais pour cela, il est absolument crucial de faire une planification complète de la retraite et expliquer à votre client tout ce que celle-ci implique.

« La retraite est difficile à 65 ans, il est donc extrêmement compliqué pour les gens de la prendre plus tôt, conclut Marc Byelich. Vous devez être soit très riche, soit hyper frugal. »