Jeune homme confus habillé en complet et tenant une liasse d'argent.
Photo : Dmitry Lobanov / 123RF

Un client peut connaître le succès en affaires… sans que ses affaires soient en ordre.

Les situations personnelles peuvent être très différentes, mais dans le fond, l’organisation et la planification demeurent aussi importantes, quels que soient les cas.

Une nouvelle preuve est apportée par le témoignage d’un dirigeant de Financière Banque Nationale, cité par La Pressequi explique comment l’institution financière a aidé un homme d’affaires à prendre le temps de poser un regard sur sa situation personnelle et à reprendre en main sa planification financière, jusque-là quasiment oubliée.

C’est que des entrepreneurs peuvent réussir le développement de leur entreprise tout en laissant le reste de leurs affaires dans le plus grand désordre.

Le quotidien cite le cas d’un entrepreneur, dont le nom a été anonymisé, propriétaire d’une firme en pleine santé.

Mais l’homme d’affaires a ignoré toutes les questions financières qui sortent du cadre de son entreprise. Et encore, il a négligé la planification du transfert de celle-ci.

1- ORGANISER LE TRANSFERT D’ENTREPRISE 

L’accompagnement de cet entrepreneur par Financière Banque Nationale a consisté d’abord dans l’étude de ce transfert. Alors qu’il se demandait comment intéresser ses trois enfants à la reprise de l’entreprise, l’aide d’experts en transfert a conduit une de ses filles à prendre la direction de la firme, après un processus d’apprentissage sur cinq ans.

2- REGROUPER LES ACTIFS FINANCIERS 

Une fois l’étude du processus de transfert amorcée, la deuxième étape a consisté en la centralisation de ses comptes bancaires, éparpillés entre cinq institutions financières. Les quatre autres banques ont freiné pour ne pas perdre ce client, mais celui-ci avait fini par comprendre l’intérêt de structurer ses placements.

3- ORGANISER LA SUCCESSION 

Enfin, l’entrepreneur a été accompagné dans sa planification successorale. Celle-ci a permis de rectifier des situations fiscalement inadéquates. Ainsi, des investissements effectués dans des régimes d’assurance auraient conduit à une taxation importante au décès de l’entrepreneur.

Avant d’entamer le processus de réorganisation de sa situation financière, ce dernier était pourtant arrivé à la première rencontre avec son conseiller… juste pour effectuer quelques placements!