Charles Wollertz / 123RF

Les experts de la TD saluent la croissance mondiale… mais s’inquiètent de l’essoufflement attendu au Canada.

Dans leurs plus récentes prévisions, ils dressent un portrait contrasté de l’économie mondiale. Ils attendent davantage de rendement des actions européennes, un continent où la croissance est en essor, comparativement aux actions américaines et canadiennes.

Au Canada, le potentiel de rendement des actions est limité par les faibles perspectives de la demande intérieure. L’endettement élevé des ménages ne pourra pas lui permettre de se maintenir à son niveau actuel, croient les experts de TD. Et la demande en produits de base, comme la faiblesse des prix du pétrole, nuira aussi à la croissance économique, d’après eux. Ces tendances auront pour conséquence directe la réduction des bénéfices des entreprises canadiennes.

Aux États-Unis, l’effet Trump s’est estompé pour laisser la place aux doutes sur la capacité du nouveau président américain à faire adopter ses politiques favorables aux entreprises.

C’est donc en Europe que les actions ont le plus d’attrait aux yeux des experts de la TD. « Les marges de profit s’améliorent », notent-ils, en soulignant que la Banque centrale européenne poursuit sa politique très expansionniste, alors que la Fed resserre l’accès au crédit aux États-Unis. « L’Europe représente de belles occasions de placement au cours des 12 à 18 prochains mois », précisent-ils.

HUARD FAIBLE À LONG TERME

Malgré la hausse récente des taux d’intérêt par la Banque du Canada, Gestion de patrimoine TD croit que la banque centrale conservera des taux bas pendant encore un bon moment. Et ce constat est valable aux États-Unis comme sur le reste de la planète.

Du côté des devises, le dollar canadien devrait demeurer faible sur une longue période, en raison notamment de la vigueur du dollar américain, stimulé par les taux d’intérêt et la croissance économique aux États-Unis.