Photo : Jaturon Ruaysoongnern / 123RF

Selon un sondage de l’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC) rapporté par Advisor’s Edge, moins d’investisseurs dépendent de conseillers en services financiers pour acheter des fonds communs de placement.

L’enquête, publiée lundi par Pollara Strategic Insights et l’IFIC, a révélé que seulement 75 % des investisseurs en fonds communs de placement ont déclaré travailler avec un conseiller en services financiers, contre environ 90 % en 2016.

Les investisseurs en FNB, quant à eux, étaient plus indépendants dans la façon dont ils achetaient leurs fonds. Quelque 46 % d’entre eux ont fait appel à un conseiller pour leur dernier achat (le même pourcentage qu’en 2019), les autres utilisant des plateformes telles que les courtiers à escompte et les robots-conseillers.

« Les investisseurs préfèrent recevoir des conseils sous différentes formes et nous commençons à voir des influences des consommateurs sur la façon dont ils veulent recevoir leurs conseils », a déclaré Kathleen Bock, directrice générale et cheffe de la société torontoise Placements Vanguard Canada.

Les investisseurs qui ont choisi de travailler avec des conseillers sont satisfaits du service qu’ils reçoivent : 98 % des investisseurs en fonds communs de placement et 96 % des investisseurs en FNB étaient « plutôt » à « entièrement » satisfaits de leurs conseillers financiers.

En ce qui concerne la connaissance des frais, 84 % des investisseurs en fonds communs ont déclaré que leur conseiller avait discuté avec eux d’au moins une des trois catégories de frais (honoraires et commissions, ratios de frais de gestion, honoraires versés au cabinet de conseil). Seulement 45 % d’entre eux ont déclaré que leur conseiller avait discuté des trois catégories de frais.

Il y a eu de légères baisses d’une année à l’autre en termes de sensibilisation sur les frais. Par exemple, 58 % des investisseurs en fonds communs de placement ont déclaré avoir discuté des frais payés à leur fournisseur en 2020, contre 63 % des investisseurs en 2019.

En août, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont publié les résultats d’une étude de trois ans qui a révélé que peu de choses avaient changé dans des domaines clés, comme la compréhension des frais par les investisseurs, depuis que le secteur des placements a adopté des mesures conçues pour améliorer considérablement la divulgation.

La recherche pour l’enquête Pollara a été menée au moyen d’entretiens téléphoniques avec 1 138 investisseurs en fonds communs de placement et 500 investisseurs en FNB, entre le 28 mai et le 5 juillet 2020.