Piles de monnaie qui vont en croissant sur fond de graphique financier.
Photo : ipopba / iStock

Après la reprise du deuxième trimestre, les gestionnaires de titres à revenu fixe envisagent leurs prochaines mesures. Les rendements des obligations d’État mondiales atteignant des creux historiques, les investisseurs assument un risque de crédit accru.

Avi Hooper, principal gestionnaire de portefeuille à Invesco, affirme que deux changements fournissent une toile de fond technique positive pour le crédit mondial de qualité supérieure.

Les titres à revenu fixe ne sont plus aussi rentables qu’avant

Vu la complexité des marchés à revenu fixe à l’heure actuelle, la production de rendement de revenu et la gestion du risque nécessitent une gestion active comme celle qu’offrent les FNB de titres à revenu fixe de Placements Franklin Templeton.

Soyez actif et misez sur les FNB de Franklin Templeton : FLGA | FLSL | FLUI | FLCI

Premièrement, alors que l’économie mondiale subit un choc de demande, l’épargne des investisseurs a augmenté, créant une demande d’obligations. « Les gens ne dépensent pas, et naturellement leurs économies vont sur les marchés financiers », a-t-il déclaré.

Deuxièmement, les banques centrales ont été « le stabilisateur significatif sur les marchés mondiaux des titres à revenu fixe, explique-t-il, et elles ne vont pas disparaître ».

En réponse à la pandémie, les principales banques centrales sont devenues des acteurs clés sur les marchés des titres à revenu fixe, effectuant d’importants achats d’actifs, y compris des obligations de sociétés.

Phil Mesman, responsable des titres à revenu fixe chez Picton Mahoney, a décrit la reprise des titres à revenu fixe, soutenue par le soutien de la banque centrale, comme un « cadeau » dans un contexte d’incertitude économique.

À partir de là, le positionnement des titres à revenu fixe doit être soigneusement examiné, a-t-il déclaré.

L’appel à l’action de Mesman pour les conseillers est de comprendre le potentiel de risque par rapport au rendement de leurs allocations aux titres à revenu fixe. Cela comprend la prise en compte de l’incidence de « l’économie réelle » sur les actifs financiers.

« Nous allons avoir des gagnants et des perdants en matière de crédit aux entreprises, a déclaré Phil Mesman. La divergence va être la plus grande tendance dans les titres à revenu fixe à l’avenir. »

Certaines obligations sont émises à des fins de liquidité, par opposition au financement de la croissance, a-t-il noté. « Nous avons eu parmi les émissions de la pire qualité [en crédit] que j’ai jamais vues au cours de ma carrière au cours des deux derniers mois ».

Pour les investisseurs, miser sur la qualité est essentiel.

« La recherche sur le crédit sera un facteur déterminant, en termes de succès des rendements totaux, pour les gestionnaires actifs de titres à revenu fixe », a déclaré Avi Hooper.

Steve Locke, vice-président principal et gestionnaire de portefeuille à Placements Mackenzie, a déclaré que le positionnement des titres à revenu fixe de son entreprise dans toutes les stratégies était défensif au début de l’année, compte tenu des attentes d’un ralentissement de l’économie mondiale. Il a réduit l’exposition au crédit et élargi l’exposition aux obligations d’État.

« Mais nous le faisons de manière très disciplinée […] à ce stade du cycle, a-t-il déclaré. Toutes les entreprises ne sortiront pas de cette récession économique et de la fermeture forcée par la COVID-19. »

L’entreprise d’Avi Hooper se concentre sur les entreprises « faisant ce qu’il faut pour les détenteurs d’obligations », a-t-il déclaré. Cela peut signifier consolider le bilan en réduisant les dividendes et les dépenses en capital afin que les entreprises puissent payer les obligataires à l’avenir, a-t-il précisé.

Dans le domaine de l’énergie, par exemple, il en a profité pour ajouter de la dette de grands noms canadiens qui ont été « injustement punis » lorsque les prix du pétrole se sont effondrés. « Ces entreprises peuvent mieux résister à la tempête que la plupart des autres », a-t-il déclaré.

Dans les marchés émergents, il continue de trouver des opportunités dans les entreprises notées A. Ce sont des entreprises de qualité qui produisent une ressource majeure, comme le cuivre, et sont garanties par des gouvernements de qualité, tels que le Chili.

Cet article a initialement été publié par Advisor’s Edge. Traduction et adaptation par Siham Lebiad.