Photo : limbi007 / 123RF

Parfois considérée comme le parent pauvre du secteur des fintechs, largement dominé par les services bancaires et d’assurance, l’industrie de la gestion d’actif s’apprête néanmoins à vivre elle aussi la révolution de l’intelligence artificielle. Et il s’agit d’une bonne nouvelle, autant pour les investisseurs que pour les gestionnaires de portefeuille.

C’est du moins l’avis de Jean Raby, président et chef de la direction de Natixis Investment Managers. « Ce n’est pas raisonnable de penser qu’il n’y aura pas de perturbation dans notre industrie », a-t-il affirmé mardi dans le cadre du Forum FinTech 2018.

Alors que la popularité grandissante de la gestion passive exerce une forte pression sur les gestionnaires de fonds, les développements liés à l’intelligence artificielle représentent une occasion inespérée de redorer le blason de la gestion active, croit-il.

Le big data permettra par exemple aux analystes d’avoir accès à une foule de données jusque-là inaccessibles. Les futures décisions d’investissement pourraient notamment prendre en considération les publications des consommateurs sur les réseaux sociaux, les données sur les transactions effectuées via des cartes de crédit ou encore des images satellites et des informations de géolocalisation.

« Les avancées de l’IA et du machine learning permettront aux gestionnaires de procéder à des analyses de tendances de marché plus poussées, d’identifier de nouveaux modèles (pattern) et de trouver des corrélations jusqu’à maintenant insoupçonnées. Il sera ainsi plus facile d’intégrer de nouveaux facteurs d’investissement à nos portefeuilles », estime M. Raby.

L’intelligence artificielle transformera non seulement la façon dont les portefeuilles actifs seront gérés, mais aussi la manière dont ils seront distribués.

« En ce moment, il y a une foule d’intermédiaires entre le gestionnaire d’actif et l’investisseur. Un modèle de distribution de fonds reposant entièrement sur la chaîne de blocs simplifierait tout le processus et en réduirait les coûts », croit Jean Raby.

Face à l’appétit croissant des investisseurs pour des conseils personnalisés, l’IA rendra possible l’envoi d’informations pertinentes, au moment opportun, à chacun des clients.