Femme âgée déposant une pièce de monnaie dans une tirelire.
Photo : dolgachov / 123RF

Les femmes font généralement face à davantage d’embûches que les hommes dans la planification de leur retraite. Cependant, elles peuvent compter sur le Régime de rentes du Québec (RRQ), qui tend à les avantager.

En effet, une nouvelle étude de la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke démontre que le RRQ donne un sérieux coup de main aux femmes en leur offrant un rendement plus élevé sur leurs cotisations, rapporte Stéphanie Grammond dans La Presse.

La raison est fort simple : comme elles vivent en moyenne trois ans de plus que les hommes (87 ans contre 84 ans), elles reçoivent leur rente plus longtemps sans avoir cotisé davantage.

LES ENFANTS DANS LA BALANCE

Mais une autre caractéristique dans la conception du RRQ permet aux femmes d’entrevoir leur retraite avec un peu plus de sérénité. Puisqu’elles doivent généralement s’absenter du travail à la naissance de leurs enfants, le RRQ permet d’exclure du calcul de la rente toutes les années où une prestation familiale pour un enfant de moins de 7 ans a été reçue.

Neuf fois sur dix, c’est la mère qui touche ces prestations. Les règles en place permettent donc aux femmes qui ont choisi d’arrêter de travailler pour s’occuper de leurs enfants de ne pas être pénalisées dans le calcul des versements qu’elles toucheront à la retraite. L’étude précise toutefois que le régime supplémentaire du RRQ, entré en vigueur en janvier dernier, ne prévoit pas un tel mécanisme. Tout comme les hommes, les femmes profiteront toutefois d’une rente bonifiée à la retraite en vertu de ce nouveau volet.

Par ailleurs, le RRQ prévoit une exemption de base qui fait en sorte que les travailleurs ne cotisent pas sur la première tranche de 3 500 $ de revenus. Comme les femmes sont plus nombreuses à toucher un salaire faible, elles profitent davantage de cette exemption que les hommes. Elles sont aussi 60 % plus nombreuses à recevoir le Supplément de revenu garanti (SRG), et le montant qu’elles reçoivent est 80 % plus élevé que celui des hommes.

La planification de la retraite représente un défi de taille pour les femmes. Les principaux obstacles auxquels elles doivent faire face sont un salaire moins élevé, l’interruption de leur carrière à la naissance des enfants, une espérance de vie plus élevée et un plus faible niveau de littératie financière.