Photo : : alphaspirit / 123RF

Avec la reprise de l’économie mondiale, les améliorations de la notation des entreprises dépassent les dommages enregistrés cette année, rapporte Fitch Ratings. 

Dans une note de recherche, l’agence de notation souligne que les conditions de crédit s’améliorent, les hausses de notation parmi les sociétés émettrices mondiales dépassant les baisses au cours des sept premiers mois de 2021.

L’année dernière, les restrictions en matière de santé publique ont entraîné la dégradation de près de 20 % des notes des entreprises, 7 % des émetteurs subissant une dégradation de plusieurs crans, selon Fitch Ratings.

Cette année, alors que les restrictions liées à la pandémie se sont relâchées et que les économies ont rebondi, « les pressions de crédit les plus sévères se sont atténuées et le nombre d’actions de notation positives a commencé à augmenter », indique l’agence.

En conséquence, les hausses ont été plus nombreuses que les baisses pour la première fois depuis 2017, note-t-elle.

Alors que le plus grand nombre de reculs d’entreprises en 20 ans a eu lieu en 2020, seuls 22% des rehaussements de cette année représentent des renversements de l’activité record de reculs de l’année dernière.

« La plupart des améliorations de notation ont été motivées par les performances financières résilientes des émetteurs pendant la pandémie ou leur approche plus conservatrice du financement », précise Fitch Rating.

Les marchés développés sont en tête des notations positives, tandis que l’activité de mise à niveau et de déclassement a été presque égale dans les marchés émergents, selon l’agence.

Les secteurs en tête sont les matériaux de construction, les soins de santé et l’énergie.

« Les secteurs des ressources naturelles et des matières premières, y compris les sociétés pétrolières et gazières, ont bénéficié de la bonne santé des prix des matières premières qui se sont rapidement redressés après le choc initial au début de la pandémie », affirme Fitch Ratings.

« L’augmentation du travail à domicile a stimulé le besoin d’extension et de rénovation des maisons, soutenant la demande de matériaux de construction », conclut-elle.