Les familles admissibles à l’Allocation canadienne pour enfants (ACE) recevront leur premier paiement à compter du 20 juillet, a annoncé lundi le ministère de la Famille, des Enfants et du Développement social dans un communiqué.

Prévue au budget 2016 et destinée à « aider les parents à assumer les coûts élevés liés à l’éducation », cette nouvelle prestation leur sera versée chaque mois en remplacement de la Prestation fiscale canadienne pour enfants (incluant le Supplément de la Prestation nationale pour enfants et la Prestation universelle pour la garde d’enfants).

« PLUS SIMPLE ET PLUS GÉNÉREUSE »

Selon le ministère de la Famille, l’ACE présente plusieurs avantages par rapport à ce qui existait auparavant. D’abord, elle est « plus simple » puisque les familles recevront un seul paiement tous les mois. Ensuite, elle est « non imposable », c’est-à-dire que ses bénéficiaires « n’ont pas à rembourser les prestations reçues au moment de produire leurs déclarations de revenus ».

Elle est également « mieux ciblée pour ceux qui en ont le plus besoin », puisque « les familles à revenu faible ou moyen recevront des montants plus élevés ». Enfin, elle est « plus généreuse » : les familles qui la reçoivent verront leurs prestations pour enfants augmenter de « près de 2 300 dollars en moyenne » pour l’année 2016-2017.

Les parents qui reçoivent déjà une prestation pour enfants et qui produisent leur déclaration de revenus et de prestations sont automatiquement admissibles à l’ACE. Ceux qui ont un nouveau-né peuvent en faire la demande au moyen du service de Demande de prestations automatisée.

RÉDUIRE LA PAUVRETÉ

Selon le gouvernement fédéral, neuf familles canadiennes sur 10 percevront des montants plus élevés que ceux offerts dans le cadre du système précédent, tandis qu’« environ 300 000 enfants de moins vivront dans la pauvreté en 2017 par rapport à 2014 ».

Les ménages dont le revenu net est inférieur à 30 000 dollars toucheront le maximum, soit 6 400 dollars par enfant âgé de moins de six ans, et 5 400 dollars pour ceux de six à 17 ans.

« En disposant de plus d’argent, les familles de la classe moyenne seront en mesure d’économiser davantage, renforçant ainsi leur propre sécurité financière. Elles auront aussi une plus grande possibilité d’investir dans leur propre avenir et celui de leurs enfants », conclut le communiqué.

La rédaction vous recommande :