Les propriétaires de PME qui souhaitent conserver leurs jeunes employés à long terme ont du pain sur la planche. Plus de la moitié des travailleurs de la génération Y (55 %) aimeraient changer d’emploi, démarrer une entreprise ou retourner aux études cette année.

D’après un récent sondage d’ADP Canada, ce chiffre est bien supérieur à celui pour l’ensemble des travailleurs, qui s’élève à 31 %.

Les gens âgés de 18 à 44 ans sont également plus susceptibles de vouloir faire progresser leur carrière et se concentrer sur des éléments comme les hausses de salaire, les responsabilités et les promotions, par rapport à ceux de plus de 45 ans (46 % contre 26 %).

Ainsi, le quart des travailleurs de la génération Y souhaiteraient une augmentation de salaire, 14 % voudraient assumer davantage de responsabilités et 12 % rêvent d’obtenir une promotion.

Fait intéressant, 11 % d’entre eux veulent travailler plus. Il sont toutefois plus nombreux à vouloir travailler moins (14 %).

FLEXIBILITÉ ET ÉQUILIBRE

La conciliation travail-vie personnelle est une valeur fondamentale pour les employés de la génération Y. Selon le sondage, 15 % des jeunes travailleurs aimeraient avoir des heures de travail plus flexibles et 8 % espèrent pouvoir faire du télétravail.

Sur le plan du perfectionnement, 18 % voudraient acquérir de nouvelles compétences reliées à leur travail alors que 15 % souhaiteraient avoir plus de possibilités de formation.

« Les travailleurs canadiens sont agités, particulièrement ceux de la génération du millénaire. Ces données mettent réellement l’accent sur l’investissement dans une image de marque d’employeur exceptionnelle, qui repose sur la culture, les occasions et le leadership », souligne Virginia Brailey, vice‑présidente, Marketing et stratégie à ADP Canada.

La rédaction vous recommande :