Près de la moitié des employés canadiens de PME sont persuadés que leur employeur n’est pas à l’abri d’une cyberattaque. La faute à des investissements insuffisants et des formations déficientes en cybersécurité.

Une étude commandée par la firme de sécurité informatique ESET Canada a révélé qu’à peine le quart (26 %) des quelque 1003 employés canadiens sondés sont confiants en la capacité de leur organisation à protéger leurs activités et données contre les cyberattaques. Il s’agit d’une chute de sept points en un an.

La situation est d’autant plus préoccupante que presque les trois quarts (73 %) des répondants estiment que le nombre de cyberattaques a augmenté au cours de la dernière année. Malgré tout, seulement 14 % des employés jugent que la PME qui les emploie ne dépense pas suffisamment de temps et d’argent en cybersécurité.

« Les entreprises canadiennes sont convaincues qu’il y a de plus en plus de cyberattaques, mais elles ne dépensent pas suffisamment de temps et d’argent à l’encontre de ces dernières », a ainsi affirmé Iva Peric-Lightfoot, chargée de pays, ESET Canada.

MANQUE DE CONNAISSANCES DU PERSONNEL

Les données du sondage permettent de constater que les PME n’appliquent pas suffisamment de mesures pour éduquer leurs employés sur la cybersécurité. Les principaux facteurs contribuant aux préoccupations des entreprises sont le manque de connaissances au sein du personnel (35 %), la méconnaissance des méthodes de protection employées (24 %) et le manque de temps pour se mettre à jour sur les questions de cybersécurité (23 %). Le manque d’investissement en systèmes de protection pour la cybersécurité suit à 19 %.

« Protéger votre entreprise contre les cyberattaques ne présuppose pas uniquement les systèmes causals et les logiciels mis en place pour protéger vos données, mais aussi les politiques et procédures contribuant à l’élimination des erreurs humaines », indique Mme Peric-Lightfoot.

La rédaction vous recommande :