« Rien ne vaut la reconnaissance et la réussite de la vie professionnelle. » Telle est la conclusion principale des résultats tirés d’un questionnaire ayant été proposé par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés dans le cadre de la Semaine des ressources humaines et de la fête des Travailleurs. Pas moins de 10 000 travailleurs ont ainsi identifié leurs motivations et leurs attentes lorsqu’ils endossent leur identité professionnelle.

En première place de palmarès sans prétention scientifique, la réussite professionnelle serait la motivation principale pour 43 % des travailleurs québécois. Ce qui fait dire à Florent Francœur, FCRHA, PDG de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, que « la reconnaissance, parfois négligée par certains patrons, a donc une importance capitale pour les travailleurs québécois. »

Une déclaration qui vient confirmer la mission de la Semaine des ressources humaines, soit de regrouper les dirigeants d’entreprise, les professionnels en RH et les travailleurs afin de reconnaître et valoriser l’apport des quatre millions de travailleurs recensés au Québec.

Le plaisir en milieu de travail (33 %) se classe au second rang du classement, suivi par la conciliation travail-famille (15 %).

Étonnamment, le niveau de vie, associé à la rémunération, se classe en dernière position. Selon les résultats, seulement 9 % des travailleurs se présentent au travail chaque matin avec le salaire comme motivation première.

« Cela déconstruit donc la croyance selon laquelle la rémunération est la source de motivation la plus recherchée, souligne M. Francœur. C’est plutôt un facteur qui peut démotiver si jugé inadéquat par le travailleur.

La rédaction vous recommande :