Les Canadiens seraient de plus en plus nombreux à rechercher des produits et services respectueux de l’environnement. Ils seraient même prêts à payer davantage pour protéger l’environnement. Mais attention : ces derniers ne se contenteront pas d’une simple étiquette apposée et s’informeront en deux clics sur la crédibilité des avantages écologiques annoncés. Mieux vaut se mettre au vert, au vrai.

Les résultats de ce sondage commandé par SCA, fabricant des produits d’hygiène Tork, révèlent que la plupart de ces consommateurs recherchent des certifications indépendantes (33 %) ou font des recherches personnelles (24 %) pour vérifier les avantages écologiques annoncés.

« Il ne suffit pas d’affirmer que quelque chose est biodégradable ou écologique pour gagner la confiance, souligne Mike Kapalko, directeur du marketing environnemental à SCA Amérique du Nord. Si ce n’est déjà fait, les entreprises devront déterminer comment incorporer des stratégies environnementales crédibles dans leurs pratiques commerciales et de fabrication, ce qui peut signifier l’utilisation de nouveaux fournisseurs offrant des choix écologiques et la recherche d’améliorations écologiques aux processus internes, à la fois rentables et efficaces. »

Cette méfiance intrinsèque du consommateur, conjuguée au désir de protection de l’environnement (48 %), demande à ce que les entreprises affichent « leur engagement environnemental au-delà de leur offre commerciale directe ».

Faits saillants

– 86 % des Canadiens sont des consommateurs écologiques.

– 43 % des consommateurs croient « que cette tendance débute à peine » et 39 % disent que « ces valeurs constituent déjà une nouvelle norme ».

– Les moins de 34 ans seraient plus sensibles à cette nouvelle façon de consommer

– Les consommateurs écologiques plus âgés sont plutôt motivés par la protection de l’environnement (52 % des Canadiens de 55 ans et plus contre 39 % des Canadiens de moins de 34 ans).

– Les répondants ayant des enfants à charge sont plus susceptibles d’acheter des produits et services écologiques (91 %) que ceux n’ayant pas d’enfant (84 %).

– Pour la plupart des consommateurs « écologiques » du Canada (60 %), les bouleversements économiques récents n’ont eu aucun effet sur leur proportion d’achats de produits et services respectueux de l’environnement. Un consommateur écologique sur cinq (19 %) a même augmenté sa proportion d’achats écologiques, alors que 8 % ont diminué ces achats à cause de la crise économique.

– Seulement 1 Canadien sur 6 ayant participé à l’enquête n’achète pas de produits écologiques.

– 43 % ont indiqué qu’ils étaient prêts à payer plus pour des produits et services fabriqués de façon éthique et responsable, selon la répartition suivante :

31 % sont prêts à payer jusqu’à 10 % de plus

10 % sont prêts à payer 10-20 % de plus

2 % sont prêts à payer au-delà de 20 % plus que le prix actuel