Votre client entrepreneur fourre son nez partout et veut baliser tout, mais alors tout ce que font ses employés? Apprenez-lui à déléguer.

Les experts sont unanimes, relate la blogueuse Rebecca Knight dans la Harvard Business Review : la microgestion est toxique et mine la capacité d’une PME à prendre de l’expansion.

Cela empêche également le gestionnaire de développer une vision et d’avoir une vue d’ensemble des choses. S’intéresser à tous les petits détails, insister pour être mis en copie sur tous les courriels, cela ne laisse pas de temps pour voir le portrait d’ensemble en plus de nuire à tout le monde. Il faut donc en finir avec la gestion à outrance qui régit le moindre détail et laisse peu de latitude.

Les employés feront des erreurs, mais ils en tireront des leçons et seront beaucoup plus productifs à long terme. Déléguer plutôt que de tout gérer est donc essentiel à la croissance d’une entreprise.

LA MICROGESTION, ÇA SUFFIT!

Pour cesser d’importuner les employés – car c’est ce que le microgestionnaire fait —, il faut identifier la source de l’insécurité. Une mauvaise expérience passée, la peur que l’erreur d’un autre fasse mal paraître, ou l’impression qu’on n’est pas à jour si on ne connaît pas tous les détails de ce que les employés font, tout cela relève d’insécurités.

Il faut ensuite voir pourquoi le patron s’inquiète. Il peut penser que l’enjeu est trop important pour permettre l’erreur, ou encore qu’il économisera du temps s’il fait tout lui-même.

PRIORISER CE QUI DOIT L’ÊTRE

Un bon gestionnaire forme ses employés et délègue. Mais il n’y arrivera pas s’il pense devoir tout faire. Il faut donc dresser la liste de ce qui est essentiel d’accomplir par rapport à ce qui ne l’est pas : réviser une présentation n’est pas aussi important que de rencontrer de nouveaux clients, par exemple.

Il convient ensuite d’évaluer les tâches où le gestionnaire ajoute réellement de la valeur, et c’est à ces tâches qu’il faut d’abord se consacrer. Et surtout, le patron doit reconnaître que sa façon de faire n’est pas toujours la meilleure.

Une fois les priorités établies, il faut les partager avec les employés. Ils sauront ainsi quels dossiers sont essentiels pour vous, ceux pour lesquels il faut votre approbation. Il est légitime de vouloir des rapports d’étape, mais les employés doivent savoir dans quelle mesure il faut détailler ces rapports et la fréquence à laquelle vous aimeriez les recevoir.

Enfin, se retenir de tout gérer seul peut être difficile au début. Il faut d’abord tester les eaux, préférablement avec un projet qui a peu d’importance à court terme. Le tout permettra de rebâtir la confiance à l’interne.

Et surtout, surtout, il ne faut pas revenir en arrière. Jamais. Ou alors, il faudra rechercher de nouveaux employés…