Bulles de dialogue
Photo : MicroStockHub / iStock

Les assureurs ont l’obligation et l’occasion de revoir leur proposition de valeur auprès des consommateurs.

Les années à venir pourraient être difficiles à vivre pour les assureurs de personnes, dans un monde de faibles taux d’intérêt et de croissance limitée des primes. Pour s’adapter à cette réalité, les assureurs devront approfondir leur relation avec leurs clients en utilisant la technologie et les données, indique un rapport du cabinet McKinsey & Company.

Les assureurs de personnes devraient cesser d’être « des fournisseurs de protection contre le risque de décès » et « des fabricants de produits d’épargne », pour devenir « des animateurs de vie plus saine » et « des partenaires de bien-être financier », suggère le rapport cité par Advisor.ca.

Pour endosser ces nouveaux rôles, les assureurs de personnes devront s’appuyer sur la technologie, qui leur permettra de personnaliser leurs échanges avec chacun de leurs clients.

LIRE AUSSI | L’assurance doit s’adapter au post-numérique

Des clients accepteront de partager leurs données pour recevoir des services personnalisés. À partir de ces données, l’assureur pourra envoyer des notifications en matière d’alimentation, d’activité physique et de rendez-vous médicaux.

COMPÉTENCES TECHNOLOGIQUES ET ÉMOTIONNELLES

Les produits pourront être axés sur un potentiel de hausse en limitant les risques de baisse, sans être uniquement centrés sur des rendements garantis basés sur les taux d’intérêt.

Du point de vue des ressources humaines, les assureurs de personnes devront s’attacher les talents requis en technologie. Ils devront aussi être capables d’avoir des agents en contact avec la clientèle qui détiennent des compétences émotionnelles et interpersonnelles, qui seront indispensables pour proposer un service personnalisé à tous les profils de clientèles.