Photo : Andriy Popov / 123RF

Les Canadiens continuent de prioriser leur planification financière malgré la pandémie et l’inflation, selon le 12e sondage annuel de BMO Groupe financier sur le régime enregistré d’épargne-retraite (REER). Ainsi 60 % des Canadiens ayant un REER comptent cotiser en moyenne 6 822 $ (4 781 $ si l’on prend juste les Québécois) cette année, une hausse de 47 % par rapport à 2020.

Le montant moyen détenu dans les REER à l’échelle nationale est de 141 923 $ (98 667 $ si l’on regarde juste le Québec), une augmentation de 26 % par rapport à 2020.

« Malgré l’incertitude liée à la pandémie et à l’augmentation du coût de la vie en raison de la hausse de l’inflation, les Canadiens continuent de préparer leur avenir financier en effectuant les investissements importants dans leurs régimes de retraite, se réjouit Robert Armstrong, directeur général, Solutions d’investissement multiactif, BMO Gestion mondiale d’actifs. La planification de la retraite et les cotisations au REER demeurant une priorité, nous encourageons les Canadiens à continuer de maximiser tous les avantages du compte avant la date limite de cotisation au REER. »

LES CONNAISSANCES, ELLES, DÉCLINENT

Si les Canadiens mettent toujours plus d’argent dans leur REER, à l’inverse leurs connaissances sur ce compte, elles, diminuent. Le sondage montre clairement un déclin depuis ces cinq dernières années, ainsi :

  • un peu plus de la moitié (56 %) des répondants savent combien ils peuvent cotiser au compte, soit une baisse de 6 % depuis 2016;
  • moins de la moitié (47 %) des Canadiens savent quels placements peuvent être détenus dans un REER, soit une baisse de 5 % par rapport à 2016;
  • bien que plus de la moitié (56 %) des épargnants qui investissent dans les REER savent que les fonds d’investissement sont admissibles aux REER, ce niveau de connaissance a diminué de 15 % depuis 2017. Moins de la moitié des Canadiens savent que les REER peuvent contenir des liquidités (47 %) et des FNB (45 %).

« Bien qu’il soit encourageant de constater que les Canadiens continuent de se fier à des outils efficaces de planification de la retraite comme les REER, le fait de travailler avec un conseiller professionnel peut aider les investisseurs à comprendre les avantages du compte et à élaborer un plan personnalisé qui maximisera ses pleines capacités et aidera les épargnants à atteindre leurs objectifs de retraite », note Robert Armstrong.

ÉCART ENTRE LES SEXES

Le sondage montre que les femmes et les hommes ne sont pas sur le même pied d’égalité pour ce qui est des connaissances et de leurs cotisations de ce véhicule de placement.

Ainsi, les femmes sont 12 % moins susceptibles de posséder un REER et de savoir la différence entre CELI et REER que leurs homologues masculins. De plus, elles sont 19 % moins susceptibles de savoir comment cotiser à un REER et combien elles peuvent y cotiser que les hommes.

Sans compter que seulement 36 % des femmes savent quels placements sont admissibles au REER contre plus de la moitié (59 %) des hommes.

Il est ainsi peu étonnant de voir que les femmes sont 20 % moins confiantes que les hommes vis-à-vis de leurs plans de retraite et de découvrir qu’elles sont 8 % plus enclines que les hommes à faire appel à un conseiller pour prendre des décisions de placement.

« Face à l’évolution des attentes sociales, à l’augmentation des possibilités professionnelles et à l’allongement de l’espérance de vie, les femmes devront aborder la planification de la retraite en fonction de leur situation unique et de leurs objectifs financiers, rappelle Gayle Ramsay, chef, Services bancaires courants et accroissement de la clientèle, BMO Banque de Montréal. Alors que nous cherchons des pistes pour assurer une reprise économique postpandémique inclusive et florissante, nous encourageons les femmes à rechercher des conseils et de l’encadrement professionnels afin de se donner les moyens de prendre des décisions d’investissement en toute confiance et d’améliorer leurs finances pour atteindre leurs objectifs financiers à court et à long terme. »

BMO offre d’ailleurs des ressources aux femmes qui désireraient renforcer leur confiance financière. On peut ainsi penser au balado Audacieu(se) qui présente des histoires inspirantes de femmes qui entreprennent des démarches audacieuses dans leur carrière et leur entreprise et à BMOpourElles.com.