Les salaires, les régimes de retraite et les assurances collectives constituent l’essentiel de la rémunération globale des employés canadiens, mais beaucoup d’employeurs consacrent aussi des sommes importantes aux « avantages accessoires », selon une étude du Conference Board du Canada.

Parmi ces avantages les plus répandus, on compte le paiement des frais d’adhésion aux associations professionnelles et le téléphone cellulaire gratuit, offerts respectivement par 90 % et 86 % des employeurs à au moins une partie de leurs salariés. Le remboursement des frais d’adhésion coûte en moyenne 660 $ par année par employé, contre 800 $ pour ce qui est du cellulaire, peut-on lire dans Le Devoir.

Les places de stationnement gratuites, offertes par 76 % des quelque 300 employeurs sondés, viennent en troisième place. Les coûts occasionnés par cet avantages sont toutefois plus élevés : en moyenne 2860 $ par année par employé. Dans certains cas, la facture peut même grimper à 12 000 $ par an dans les entreprises situées dans les centres-villes des grandes métropoles.

Six employeurs sur dix paient aussi en partie ou en totalité les frais de scolarité de leurs travailleurs, ce qui leur revient à environ 2300 $ par année par employé.

Plusieurs autres avantages accessoires sont également accordés par les entreprises, notamment l’allocation pour l’utilisation d’une voiture (56 %), l’accès à un gym sur le lieu de travail (42 %), un congé sabbatique, payé ou non (28 %), le remboursement des abonnements au transport collectif (14 %) et l’accès à un service de garderie gratuit sur place (8 %).

DES AVANTAGES GÉNÉREUX POUR LA HAUTE DIRECTION

Les auteurs de l’étude soutiennent que la valeur perçue par les employés des avantages accessoires dépasse parfois leur valeur réelle. Les bourses d’étude valorisent par exemple la formation continue et l’excellence, alors que les mesures de conciliation travail-famille « présentent une valeur psychologique difficile à mesurer » d’un point de vue strictement financier.

L’étude du Conference Board constate cependant que les avantages accessoires ne sont pas toujours offerts à tous les employés de l’entreprise. Le cas du cellulaire gratuit est particulièrement révélateur. Dans les compagnies qui disent offrir cet avantage, les membres de la haute direction sont trois fois plus susceptibles d’en profiter (96 %) que l’ensemble des employés (32%). La même constat s’applique à l’allocation pour l’utilisation d’une voiture (95 % contre 16 %).

De façon générale, plus les avantages accessoires sont coûteux, moins ils sont susceptibles d’être offerts à l’ensemble du personnel. Ainsi, la valeur de ces avantages supplémentaires peut représenter « plusieurs dizaines de milliers de dollars par année » pour les hauts dirigeants, note le Conference Board.

La rédaction vous recommande :